Aujourd'hui

L'histoire du fantôme d'un soldat de l'armée indienne qui protège toujours la frontière indienne

Croyez-le ou non, la mythologie militaire est une chose. Peut-être que lorsqu'il s'agit de servir votre nation, les soldats ne meurent jamais réellement. C'est l'histoire de Baba Harbhajan Singh, un soldat de l'armée indienne, décédé en 1986, mais son fantôme serait toujours en train de protéger ses frères d'armes à la frontière.

Baba-harbhajan-singh

Né dans un village du Pendjab en 1941, Harbhajan Singh s'est enrôlé dans l'armée indienne en 1956. En 1965, il a obtenu une commission et a été affecté au 14e Régiment Rajput. C'est en 1967, près du col de Nathu-La, que Singh a pris fin après avoir glissé et noyé dans un glacier alors qu'il conduisait une colonne de mulets transportant des fournitures vers un avant-poste isolé. Son corps a été retrouvé au bout de trois jours et incinéré avec les honneurs. Mais est-il vraiment mort?





Baba-harbhajan-singh

La légende raconte que c'est son propre fantôme qui a conduit l'équipe de recherche à son propre cadavre. Peu de temps après l'incinération, croit-on, il est apparu dans le rêve d'un de ses amis et lui a demandé d'ériger un sanctuaire à sa mémoire. Suite à cela, un sanctuaire dédié à Singh a été construit.



Baba-harbhajan-singh

Aujourd'hui encore, les jawans postés au poste de Nathu-La croient fermement que le fantôme de Singh les protège. Les soldats croient même que son fantôme les avertit de toute attaque imminente au moins trois jours à l'avance. Même les Chinois, lors des rencontres du drapeau, ont mis une chaise de côté pour honorer Harbhajan Singh. On pense que l'eau de son sanctuaire guérit les soldats malades. Le sanctuaire de Singh est gardé par des soldats aux pieds nus et son uniforme et ses bottes sont nettoyés quotidiennement. Les histoires sur son fantôme visitant les camps la nuit et même réveillant les soldats qui dorment pendant la garde, sont massivement populaires et très régulières.

Baba-harbhajan-singh



La croyance en son existence paranormale est si ferme que chaque année, le 11 septembre, un train transportant «ses» effets personnels part pour sa ville natale accompagné de camarades soldats et se rend jusqu'au seuil de sa maison. De plus, jusqu'à sa récente retraite, Singh a été régulièrement promu dans les rangs et a pris sa retraite en tant que capitaine honoraire. Son salaire a, sans faute, été envoyé à sa famille jusqu'à sa retraite. Singh est considéré aujourd'hui comme un saint saint et les soldats l'appellent souvent «Baba». Je suppose que le patriotisme ne meurt jamais vraiment!

Qu'en pensez-vous?

Démarrez une conversation, pas un feu. Publiez avec gentillesse.

Poster un commentaire